L’association UFC Que Choisir a récemment communiqué sur une étude concernant la qualité de l’eau, avec une carte interactive de la qualité basée sur différents critères.

Suite au relai de cette étude par la presse régionale, certains d’entre vous m’ont contacté, étonnés de voir leur commune apparaître en orange, avec une qualité jugée « médiocre ».

Je voulais donc préciser les choses concernant la qualité de l’eau distribuée par le Syndicat, qui est très bonne au regard des limites de qualité. Ainsi :

  • Le taux de conformité des eaux distribuées par le SME est très bon. En 2019 par exemple :
    • conforme à 99,7 % d’un point de vue microbiologique (1 analyse non conforme sur 328)
    • conforme à 97,4 % d’un point de vue physico-chimique (3 analyses non conformes sur 117 réalisées).
  • Le seul critère qui conduit l’UFC Que Choisir à classer l’eau d’une grande partie de communes du SME comme « médiocre » est la conductivité, qui mesure la minéralisation de l’eau. La conductivité est une « référence de qualité », et non une limite. Cela signifie qu’il s’agit seulement d’une recommandation et non d’une exigence de conformité. Dans nos territoires volcaniques les eaux sont très peu chargées en minéraux, sont trop « pures », et ont donc une faible conductivité.
Cette faible minéralisation n’a pas d’impact sur le corps humain. Le seul risque est lié à l’impact sur les canalisations. Ainsi, si une eau fortement minéralisée a tendance à entartrer les conduites, au contraire une eau peu minéralisée est agressive par rapport à ces dernières, et peut dissoudre certains matériaux, comme le plomb, néfaste pour la santé humaine. C’est pour cette raison que d’importants programme de remplacement des branchements en plomb ont été réalisés par le passé.
Le Président du SME
Raymond ASTIER